AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez
 

 + if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jodie Spivet
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Jodie Spivet

◆ messages : 1002
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 3/3 Erin- Juliet - Charly
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Madison Street

+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... Empty
MessageSujet: + if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest...   + if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... EmptySam 18 Jan - 23:41



Jodie Spivet
❝ Nothing is permanent, not even death. ❞
CRÉDITS : whatgifsisee.tumblr ~ AVATAR ©HARRY LLOYD
❖ ❖ ❖

nom : Spivet, il a reçu plusieurs moqueries dû à son nom de famille des plus... original, mais il en a toujours été étonnamment fier. prénom : Jodie, sa mère n'arrêtait pas de dire lorsqu'elle était enceinte que c'était une fille. Elle avait une chance sur deux d'avoir raison... malheureusement pour elle... c'était un deuxième garçon. Par orgueil elle décida de garder le prénom. C'est le seul homme sur Terre à avoir ce prénom à l'opposé de quatre cent quarante-trois femmes le portant à merveille.  âge : Vingt-sept ans. lieu de naissance : Nouvelle-Orléans, Louisiane, EU. nationalité : Américaine. origines : Américaine du côté de son père et Australienne du côté de sa mère. statut civil : Célibataire. occupation(s) : Libraire à temps pleins. traits de caractère : doux, attentionné, rêveur, sociable, possessif, jaloux, perdu, romantique, déroutant, cordon-bleu, conteur, mauvaise foi, mauvais perdant, explosif, silencieux, loyal, observateur, minutieux, artiste, penseur, courageux, survivant, modeste, sens de l'humour à l'anglaise, fier, buté, sophistiqué, peut-être parfois grincheux (généralement lorsqu'il n'a pas eu sa tartine de confiture et son petit café du matin), passionné, discret, sympathique, sensible, touchant, patient. troubles/symptômes connus : Depuis la mort de son petit frère, Jodie à comme qui dirait des tendances suicidaires non déclarée. Bien qu'il participe à plusieurs événements pour aider les autres, il ne veut pas que l'on sache pour ses problèmes et donc n'envisage en aucun cas l'idée de participer aux réunions. citation d'appartenance : Number one : The world will break your heart ten ways to Sunday. That’s guaranteed. I can’t begin to explain that. Or the craziness inside myself and everyone else. But guess what ? Sunday’s my favorite day again. I think of what everyone did for me, and I feel like a very lucky guy.

- the world is an imperfect place -
Il déteste la violence, pour lui cela ne résout rien et n'amène que des problèmes en plus + Jodie bien qu'ayant été bousculé lorsqu'il était petit par son prénom des plus original (surtout pour un garçon) ne s'est pas changé en mauvais garçon pour autant. Au contraire il est très gentil. Toujours serviable, prêt à aider les autres, quitte à se faire rouler. + Lorsque Tyler atteignit la majorité, les parents décidèrent de partir, faire un tour du monde. Bien qu'ayant une famille soudé, ses parents ont toujours poussé leurs enfants à réaliser leur rêve, à prendre leur envol. + Jodie a toujours joué l'éponge entre ses deux frères. étant très différent l'un de l'autre, Jodie était le seul à réussir à les calmer, les poser. + Ils ne se ressemblent pas tant que ça. Physiquement, même s'ils ont la même couleur de cheveux, il n'y a étonnamment pas de ressemblance marquante entre lui et ses frères. + Il adore lire, passionné depuis tout petit il ne peut s'empêcher d'emporter avec lui, dans son sac, environ cinq livres minimum avec lui. Même pour une petite course, il a ce besoin perpétuel d'être accompagné de lecture... au cas où. + Il adore faire des listes, étant tête-en-l'air il aime écrire sur des post-it puis les disposent dans son appartement pour se souvenir de telle chose, de ce qu'il doit faire, des anniversaires etc... + Bien qu'on ne le décrit pas comme timide, il n'est pas non plus du genre extraverti. Il attend que le temps passe. Sa petite vie lui convient. + Il n'aime pas voir les gens pleurer. Il a toujours ce besoin de sauver tout le monde. De rendre le sourire à la terre entière/Depuis l'accident il est beaucoup plus passif qu'avant. + Il adore cuisiner c'est un vrai cordon-bleu. Il trouve la cuisine moléculaire très intéressante même si généralement ses amis se moque de lui lorsqu'il l'évoque ils sont pourtant assez contents lorsqu'il leur fait des petits plats. + Depuis la mort de Tyler il remarque que les regards ne sont plus les mêmes. On l'observe, le critique... il a cette impression de retourner en enfance. Il en souffre mais là encore préfère sourire, ne pas montrer sa peine, sa perte, sa douleur. Il sait qu'il n'a pas le droit... il trouve ça injuste mais il sait. + Son grand-frère et lui ne se parle plus comme avant. Son frère a dû affronter les critiques de plein front et étant dépassé par la situation Henri du s'écarter de son petit frère pour gérer cette situation ingérable. + Il a une machine à écrire. Son petit bijou, son objet favori. Il laisse très peu de personne la toucher. C'est son objet fétiche. + Lorsqu'il n'est pas d'humeur, monsieur ronchonne. Il se transforme en chat. Il faut lui laisser du temps avant qu'il revienne et même si c'est de sa faute. + Il a tout une étagère remplie de vinyle, malheureusement pour lui, il n'a pas de machine pour l'écouter. Pourtant il n'arrête pas d'en acheter dès qu'il en croise. + Il adore les kiwis, c'est son dada. Il peut en manger à tout heure. Il en garde généralement dans son sac, dans une petite pochette en plastique. + C'est un grand romantique mais pas un bourreau des coeurs. + Il a tenté de se suicider il y a de ça quelques mois. Mais son frère est arrivé à temps pour le sauver. + Depuis sa tentative, Jodie s'est renfermé sur lui-même, à commencé à se comporter bizarrement, à faire des choses dont il n'avait jamais eu l'occasion de faire. Il est aussi devenu plus agressif, plus taciturne. + Il est très rare de le voir sourire maintenant. Si vous réussissez à lui faire faire transparaître une émotion... bravo. +

 
Suite à la pagaille qu'Héra à laisser derrière elle au cours de ces six mois, comment se porte votre personnage ?
Il n'était pas à la soirée de ce Toby Reid. N'étant pas attiré par les bains de foule il avait décidé de se boire un verre au Kelly's, devenu une habitude depuis peu. Très mauvaise idée, étant donné que l'établissement fut réduit en bouillie durant le passage d'Héra. D'ailleurs il faut savoir qu'il risqua sa vie pour une gente demoiselle. Malheureusement il se prit un bout du plafond juste après. Ce qui lui valu une bonne semaine à l'hôpital où il apprit que son grand-frère y était aussi et dans le coma.

Après la tempête Jodie fut accueilli comme un héros ce qui le surprit vu le comportement des habitants après la mort de son jeune frère il y avait de ça quelques mois auparavant (son frère ayant participé à une fusillade dans une université avant de se donner la mort.) Trouvant la plupart des gens hypocrites, il essaye de les éviter au possible. Bien que cela s'avère périlleux étant donné qu'il tient toujours sa librairie et que sa passion l'empêche de la fermer. De plus se sentant coupable de l'état d'Henri il se sent obligé de faire bonne figure bien qu'ayant changé, Jodie n'est plus le frêle frère qu'il a pu être auparavant. Six mois lui ont suffit pour mûrir, s'endurcir et surtout se refroidir.  

Spoiler:
 

_________________
Fauve - Voyou + Comment est-ce que tu peux penser qu'tu tiens à moi si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis qu'tu m'aimes alors que moi même j'me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?


Dernière édition par Jodie Spivet le Dim 19 Jan - 0:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Spivet
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Jodie Spivet

◆ messages : 1002
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 3/3 Erin- Juliet - Charly
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Madison Street

+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... Empty
MessageSujet: Re: + if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest...   + if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... EmptySam 18 Jan - 23:43

- “I’m losing my sense of time and I no longer know what happened before or after.” -


+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... Tumblr_mb2u3pbx2O1qkdght+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... Tumblr_inline_mknyigkGZ91qz4rgp+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest... Tumblr_mu6btqgPVe1rgjx4po2_500
SPIVET BROTHERS...
Il était une fois trois frères. Le plus grand, Henri, était le sociologue de la famille, toujours à contester les avis des autres, toujours prêt à déceler la moindre faille de ses adversaires, il s'était décidé dès son plus jeune âge à une carrière de politicien, la justice primait, tout était noir ou blanc pour lui. Au contraire du second, Jordie. Humilié dès son plus jeune âge à cause de son prénom, il ne baissa pas les bras, affronta les autres par sa sagesse. étrangement il était loin d'être le plus sociable des trois, préférant les livres aux personnes et pourtant il avait cette aura de quelqu'un de gentil, de quelqu'un d'affectueux, de quelqu'un doux. Bien qu'ils étaient leur exact opposé les deux frères étaient fusionnels et bien que le mensonge prônait ils savaient au fond que rien au monde ne pourrait les séparer et pourtant... pourtant vint Tyler. Tyler fut le troisième, le dernier de la fratrie. On ne pouvait le mettre dans une case, Tyler était un tout il pouvait tout aussi bien être le gars populaire, envié de tous un jour et le gars grincheux, odieux un autre jour. Tyler avait ce regard qu'on ne pouvait identifier, qu'on ne pouvait clarifier de bon ou de mauvais. Tyler avait ses idées sombres, tellement sombre que sa famille n'aurait jamais pu le déceler. Il était une fois trois frères, l'un était bon, l'autre était juste et le troisième était froid. Et pourtant... et pourtant ils s'aimaient. Les frères Spivet s'aimaient...  

(...)

Tu cours, tu aperçois au loin des lumières, une tonne de lumière. Tu as fait de la route. Ton frère Henri te l'a interdit, il préférait que tu ne vois pas ça, il voulait te protéger, mais tu es têtu, borné et tu veux être présent lors du secours de ton frère. Tu es essoufflé, mais arrivé. Tu remarque une centaine de personnes, criant, parlant, pleurant. Tu n'arrives pas à tout comprendre. Tu ne sais pas ce qui a bien pu se passer pendant trente-minutes. Ne voulant pas, ayant peur d'entendre à la radio l'annonce de la mort de ton petit-frère. était-ce une erreur? Tu aperçois au loin, Henri, ton grand frère, en pleine discussion avec des policiers. Tu bouscules les personnes t'entourant pour le retrouver. Lorsqu'il te voit, son visage est dur, fatigué. Tu commences à lui parler, lui demandant ce qu'il se passe. Henri commence à te crier dessus, t'expliquant que tu ne devrais pas être ici, qu'il gère l'affaire. C'est vrai que maintenant il fait partie de l'équipe du maire. C'est un homme important. Mais tu n'es plus un petit garçon et commence toi aussi à t'emporter, chose qui t'arrive très rarement. Ils ne savent toujours pas qui est le tireur, ce qu'ils savent? C'est qu'il en a déjà tué cinq. Le chiffre cinq te fait défaillir et si Tyler en faisait partie? De ce chiffre cinq? Tu essayes de garder espoir. Tu souffles. Mais tu n'as pas le temps de le reprendre que tu l'aperçois, Tyler. Sortant du bâtiment, du sang sur lui. Tu cries son nom. Un sourire apparaît sur ton visage. Tu es soulagé pendant un court instant. C'est Henri qui réalise le premier ce que Tyler a dans les mains. Les policiers le vise. Tu cries, tu ne réalises pas, tu ne veux pas affronter la réalité, cette réalité trop cruelle. Tu le vois sourire et tu l'entends dire: "Vous êtes là? Alors tirez! Tirez!" "Non!" Entend-tu près de tes oreilles. Tu tournes la tête et tu aperçois Henri, traverser les lignes inscrite par les forces de l'ordre. "C'est une blague, pourquoi tu tiens ça? Tu l'as pris au tireur hein? Ty?" "L'enfant prodigue vient me parler? C'est sûr que je vais gâcher ta carrière hein? ça va faire les gros titres! Le frère d'Henri Spivett le terrible tireur de UCLA! ça fait froid dans le dos. Et toi Jordie rien à dire?" Tu sens les regards sur toi. Malgré toi tu pleures. Tu n'aimes pas ses larmes, tu n'aimes pas ce que tu vois. Tu veux rentrer chez toi et pourtant tu t'entends dire d'une voix rassurante: "Pose cette arme Tyler! Cela n'a aucun sens... pose cette arme et vient avec nous ok?" Mais Tyler voit ça d'une autre façon... il l'a toujours vu d'une autre manière. Il recule. Henri l'observe avec ce regard d'incompréhension.Toi tu le regardes avec ce regard de grand frère et même si tu sens à ce moment-là cette connexion que vous avez toujours eue tous les deux. Tu sens ce lien se briser. Il lève l'arme. Tu entends un coup de feu, puis un autre, un troisième suit. Henri crie. Et toi et toi mon pauvre Jordie tu tombes, pensant me retrouver. Pensant retrouver l'ancien moi. Ton petit Tyler, ton petit frère... mais je ne suis plus là et ça depuis longtemps. Quand tu te réveilleras, tout ça sera encore là. Le cauchemar débutera. Henri me détestera et toi tu ne comprendras pas.

(...)

Tyler... Comment ai-je pu penser une seule fois qu'avec le temps cette douleur, cette peine aurait cessé d'exister... Tu étais pourtant devenu quelqu'un d'autre, une personne détestable et cela au plus haut point. Tu as tout fait pour que ne plus que te supporter. Tu es allé jusqu'à tuer! étais-ce vraiment les raisons de tes actes? Non.. évidemment que non... Tu avais une idée dans la tête et j'imagine que personne n'aurait pu réussir à te la faire enlever. Tu as voulu être Dieu... Avoir le pouvoir sur la vie des gens. Comme cette tempête enfin de compte. Comme Héra. Où étais-je ce soir-là? Je n'étais pas à cette soirée où toute la ville était invitée. Je n'en voyais clairement pas l'intérêt. J'avais besoin d'être seul... parce que depuis ta disparition Ty, cette solitude me ronge. J'aimerais m'en défaire, mais elle s'accroche. Tout comme cette colère. Ce soir-là j'étais au Kelly's lorsqu'Héra à commencé à rugir. Tout s'est passé tellement vite et en si peu de temps. Je me rappelle m'être jeté sur une planche de bois, qui faillit écraser une jeune femme. Puis le trou noir. Quelques temps après ce sont mes oreilles qui me ramènent à la réalité. J'entends des bruits de camions de pompiers, de voiture de police. J'ai l'impression de faire un retour en arrière, de retourner à ce dernier jour où je t'ai vu. Mais la vie réelle me rattrape au galop. Je prends conscience d'où je suis... mais fatigué, cassé je me sens de nouveau sombrer dans les ténèbres... Six mois Ty... six mois que cette tempête est survenue de nulle part... Six mois où... Comment te le dire alors que tu n'es plus là... Henri est dans le coma... En voulant me retrouver, en voulant me savoir sauve, mon grand-frère a risqué sa vie pour un sale con égoïste... Deux drames, deux Spivet. Mais moi? Je vais où? Je fais quoi? Suis-je censé rester là? Attendre ma perte? Atténuer les souffrance d'Henri? Te suivre?  Ou vivre?

_________________
Fauve - Voyou + Comment est-ce que tu peux penser qu'tu tiens à moi si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis qu'tu m'aimes alors que moi même j'me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?
Revenir en haut Aller en bas
 

+ if I want to fly I’ll find a way to fly. You do what you love and fuck the rest...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HERE COMES THE SUN :: LOCKED OUT OF HEAVEN :: SAFE AND SOUND-