AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 the breeze of the ocean on our skins ~ olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyDim 2 Fév - 0:02


I think hell is something you carry around with you. Not somewhere you go.
@ neil gaiman


5 MOIS AUPARAVANT
Les pieds sur la table basse, Anthony est comme à son habitude depuis un mois sur le canapé, une bouteille de bière en permanence dans la main. Ou tout autre bouteille d’alcool. Il a arrêté d’utiliser un verre depuis un moment déjà, préférant boire directement au goulot. De quoi lui permettre d’atténuer la douleur, d’essayer d’oublier pendant quelques instants la réalité. La réalité, il n’en veut plus. La réalité, il l’emmerde comme elle l’emmerde. C’est-à-dire profondément, et avec acharnement. Une barbe de plusieurs semaines, les cheveux en bataille, il n’est que neuf heures du matin et il est déjà à moitié saoul sur son canapé, la musique à un volume indécent. Tout est bon pour arrêter de réfléchir. L’alcool l’abruti & la musique l’empêche d’entendre ses pensées. Depuis la tempête ses journées se ressemblent, il se réveille en sueur, parfois en criant, toujours à cause du même cauchemar : la tempête, et lui parfaitement incapable de sauver son meilleur ami, comme il avait été incapable de sauver son fils. Il avait beau être médecin, et savoir qu’il n’était en aucun cas responsable de la mort de Lucas, la mort de son meilleur ami l’avait fait reconsidéré les choses. Something was wrong with him. Toutes les personnes qu’il aimait finissaient par mourir. Un boxer & un tee-shirt pour seul habit, il sait qu’il ne ressemble à rien, il sait ce que pense Olivia, qu’il est pathétique. Et il l’est. Il pourrait être à l’hôpital, sauver la vie d’enfants mais, il préférait rester sur son canapé, enfermé sur lui-même & évitant avec soin celle qui était censé devenir sa fiancée. La vérité était qu’il n’avait pas le courage de la quitter, et qu’il s’était dit qu’au bon d’un moment elle en aurait marre & qu’elle le verrait pour ce qu’il était : un poison tuant tout ce qu’il touchait. Qu’elle finirait par partir, et avoir une chance de vivre. Puisque le meilleur moyen de le faire semblait d’être loin de lui. De toute façon il avait été incapable de remettre les pieds à l’hôpital depuis qu’il avait appris la nouvelle. Après la tempête & une fois sa crise de panique massive passait, il avait foncé à l’hôpital pour aider comme il pouvait, soignant à la chaine des visages ensanglantés, il ne les voyait plus, les patients s’enchainant, les heures au bloc défilant, et la batterie de son téléphone se vidant complètement pour devenir parfaitement inutile. Ce n’est qu’après 48h passait entre les urgences & le bloc qu’il pu souffler vraiment et recharger son téléphone. Pour écouter le message d’Olivia. Pour entendre que son meilleur ami était mort. Le téléphone termina éclaté contre un mur alors qu’il se mettait en boule, les larmes bloquaient dans ses yeux, trop hébété pour comprendre réellement ce qu’il venait d’apprendre, refusant d’accepter la nouvelle. Non, Archer ne pouvait pas être mort. Et pourtant, il l’était. Et les larmes commencèrent à couler à flot sur ses joues. Il venait de perdre son meilleur ami, celui qu’il considérait comme son frère. Il avait perdu son frère, et son fils. En moins d’un an.

TODAY
Marchant tranquillement jusqu’à la plage, il avait laissé sa planche de surf chez lui, depuis la mort d’Archer il avait eu besoin de se changer les idées, il était venu de nombreuses fois au bord de mer, là où ils avaient passés de nombreuses heures à dompter les vagues. Mais, tout était différent. Le monde continuait à tourner. Il ne s’était pas arrêté pour lui laisser le temps de digérer la nouvelle. Comme il n’avait pas ralenti d’une nanoseconde lorsqu’il avait pris la vie de son fils. Se rapprochant du bord de l’eau, il marcha jusqu’à ce que ses chevilles soient mouillées & observa l’immensité qui se trouvait devant lui. Tony resta ainsi pendant plusieurs secondes, qui se transformèrent en minute, puis il recula et enfonça ses pieds dans le sable. Il ne travaillait pas aujourd’hui. Il était de toute façon miraculeux qu’il ai toujours un travail à l’hôpital, après tout il n’avait pas posé les pieds dans le bâtiment durant deux mois, après la disparition de son meilleur ami. Cela avait été trop pour lui. Il avait réussi à garder la tête hors de l’eau, pour Olivia, après la mort de Lucas mais, celle d’Archer l’avait achevé. Il n’avait pas pu se relever, pas immédiatement. Deux mois, voilà ce qui lui avait fallu comme temps pour retrouver un semblant de vie normale. Aujourd’hui les choses avaient repris son cours, même s’il lui arrivait de temps en temps de faire des cauchemars ayant pour principal sujet Héra. Mais, il avait repris sa vie d’avant, minus Archer. Il avait laissé un petit mot à Olivia pour lui dire où il était, elle n’avait pas fui malgré ses tentatives, et il lui en était reconnaissant, sur la plage, il savait qu’elle avait travaillé jusqu’à tard et n’avait pas eu le courage de la réveiller. Lui n’avait jamais eu besoin de dormir beaucoup, et depuis la tempête cela n’avait fait que s’accentuer. Le jeune homme se laissait bercer par le bruit de la mer, ne bougeant pas d’un pouce, il avait son regard fixé sur l’horizon. Sa fiancée verrait son mot lorsqu’elle se lèverait, si elle souhaitait le rejoindre, elle pourrait, sinon le paysage lui apportait une certaine plénitude.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyDim 2 Fév - 15:11


And whenever you're about to fall apart
Sing the songs we used to play
And whenever you want to fix your heart
Remember us and these loud noises

@ Yuna - Loud noises


La tête enfoncée dans l'oreiller, la jeune femme a la douloureuse impression d'être retournée un an en arrière. Plongée dans le silence profond qui règne dans la chambre, elle peut entendre le tic tac de l'horloge située dans le couloir. Le regard perdu dans le vide, ce dernier trahit une tristesse certaine, un mal être dont elle pensait s'être définitivement débarrassée. Fatiguée de fixer les rideaux couleur chair comme elle le fait depuis les trois dernières heures, elle se tourne, pour faire face à la place vide et froide de l'autre côté du lit. Elle ferme les yeux pendant un court moment, moment où elle se remémore l'élément déclencheur de cette absence de présence de son fiancé à ses côtés. Elle se revoit apprendre le décès d'Archer par ses proches, ces derniers ne parvenant apparemment pas à joindre son meilleur ami directement. Elle-même n'avait pas eu l'occasion de lui parler pendant plus de deux jours, les victimes d'Héra étant nombreuses. Elle se souvient alors s'être assise sur un tabouret haut près du bar, ayant l'impression que la Terre s'était mise à tourner beaucoup trop vite autour d'elle, d'un coup. D'abord atterrée par la nouvelle, c'est le fait de savoir qu'Anthony n'est pas encore au courant, et qu'elle sera celle à la lui annoncer qui la fait s'effondrer. Tant bien que mal, elle s'était accaparée du téléphone, et tomba comme prévu sur la messagerie. Ça n'est pas le genre de nouvelle qu'on apprend par hasard, en consultant sa messagerie mais, quel autre choix avait-elle ? « Hey, uh.. It's me... Un silence qui paraissait être une éternité avait suivi, une boule qui s'était formée dans sa gorge l'empêchait de continuer sa phrase. How I am going to tell him that his best friend just died? How ? Archer.. He couldn't make it. I'm so, so, sorry... Archer's gone Tony. Please call me back as soon as you get this. I love you. »  It always rains the hardest on people who deserve the sun, they said.  Elle était alors restée comme figée pendant plusieurs secondes, ou même minutes, comme dans un état second. Elle s'était demandée, très sérieusement s'ils s'en sortiraient un jour, si une force supernaturelle quelle qu'elle était avait décider de se liguer contre eux, ou si la vie était juste mal faite. Elle pensa alors à Lucas, et sans réfléchir, pris ses clés de voiture qui traînaient par là, et pris la direction du cimetière. Elle resta pendant un moment agenouillée sur la tombe du nourrisson, sans rien dire, jusqu'au moment de partir. « Your dad is going to need me now more than ever. So I'll be there for him, as he was for me. And we'll be okay. » Elle rouvre brusquement les yeux, avant de se dégager des couvertures, de contourner le lit, de traverser l'immense couloir, et d'atteindre les escaliers qu'elle dévale. Comme elle l'a pensé, il est assis sur le canapé, faisant exactement la même chose que quand elle est rentrée ce soir-là. « Are you coming to bed ? It's late. » Elle tente de se montrer le plus neutre possible, même si son visage révèle parfaitement son inquiétude. Comme prévu, elle n'a pas droit à une réponse du jeune homme, qui se contente de la regarder furtivement. Elle baisse la tête, et serre le poing. « I know what you're trying to do here. You're shutting me out. But I'm not leaving, I'm not going anywhere. Ever. Do you hear me? You can try as hard as you can. I'm not leaving. »

***


Elle entrouvre les yeux, alors que les épais rayons de soleil se faufilent à travers les rideaux et viennent agresser ses paupières. Si elle souhaite dormir encore un peu, c'est sans compter sur le jour qui est déjà bien levé, et surtout, surtout sur, eh bien, les désagréments du premier trimestre de grossesse. Prise d'une violente nausée, elle se lève grimaçant et prête à courir aux toilettes. Sauf que cette sensation de dégoût disparaît à la seconde où elle daigne se lever. Great. Elle va pour quitter la pièce, mais son reflet dans le miroir attire son attention. Non pas qu'elle soit soudain prise d'une envie narcissisme. Elle moule son ventre à l'aide de son débardeur, et se met de profil, comme s'il allait du jour au lendemain passer de plat -plus ou moins- à gonflé. Elle sourit un peu puis, quitte la chambre, direction la cuisine, sa pièce favorite depuis quelques semaines déjà. S'apprêtant à ouvrir le réfrigérateur, elle remarque un bout de papier, un mot de la part de Tony la prévenant qu'il était sorti et l'endroit où il est allé. Sur le frigo. Histoire qu'il soit sûre qu'elle le voit. Huh. Elle engloutit son petit déjeuner, puis se prépare dans l'optique de rejoindre son fiancé, ce n'est tous les jours qu'ils ne travaillent pas tous les deux, alors autant en profiter. Une fois prête, elle s'empare de son sac à main, posé juste à côté d'une bonne dizaine de coupures de magazines -tous ayant pour images des robes, chaussures et autres accessoires de mariées-. Ça n'est que très récemment qu'elle s'est remise à se pencher sur le sujet, ses préoccupations en ayant été très éloignées durant les derniers mois. Et même maintenant encore, elle ne s'y penche que de manière assez superficielle. Elle arrive rapidement à la plage, et n'a aucun mal à trouver l'endroit exact où il se trouve. Elle discerne sa silhouette au bord de l'eau, il semble pensif. Elle reste d'abord en retrait, puis se décide enfin à le rejoindre. Elle se place derrière lui, entourant sa taille de ses bras, et pose sa tête contre son dos. « Hey handsome. »

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyDim 2 Fév - 18:29

If I lay here
If I just lay here
Would you lie with me and just forget the world?

@ SNOW PATROL - chasing cars

Debout depuis plusieurs dizaines de minutes, peut-être une heure, il aurait dû être assis depuis un certain temps déjà mais, il était trop loin dans ses pensées pour pouvoir se rendre compte que ses jambes demandaient un peu de repos. Jambes qui étaient pourtant parfaitement capable de rester debout durant une dizaine d’heures lorsqu’elles étaient dans le bloc opératoire. Mais, là elles n’avaient qu’une envie, se reposer. Tony n’avait aucune notion du temps qu’il avait passé debout à fixer l’horizon, le bruit des vagues qui venaient s’écraser doucement contre le sable était l’une des seules choses qui lui permettait de ne plus réfléchir, d’oublier pendant quelques temps toutes les merdes qui lui étaient arrivés, tout ce que l’univers lui avait enduré ces dernières années. Sentant les bras de quelqu’un l’entourer puis une tête se poser contre son dos, il soupira fortement. Non pas d’énervement ou d’exaspération mais, bien parce qu’il était soulagé. Il s’avait qu’il avait été là pour elle après la mort de Lucas malgré qu’elle se soit comportée de manière exécrable avec lui. Mais, elle aurait pu réagir de manière différente lorsque lui l’avait rejeté après la mort de son meilleur ami. « Hey handsome. » Cette voix qu’il avait haït durant plusieurs semaines pour la simple & bonne raison qu’elle était celle qui lui avait annoncé que celui qu’il considérait comme son frère n’était plus de ce monde. Qu’il avait disparu de ce monde. Plus jamais il n’aurait l’occasion de le voir sourire, ou de l’entendre se moquer de lui parce qu’il était en train de lui vanter une énième série alors que le jeune homme n’en avait rien à faire des séries. Et que Tony était un gros nerd parfois. Cette voix il avait dû l’entendre chaque jour, il savait qu’Olivia faisait ce qu’elle pouvait, qu’elle essayait de lui montrer qu’elle tenait à lui, qu’elle serait là pour lui mais, mon dieu il n’avait eu qu’une envie : qu’elle se la ferme. Qu’elle se taise, parce qu’à chaque fois qu’il entendait sa voix, il n’entendait qu’une chose : qu’elle lui annonçait encore et encore sa mort. Et il n’avait qu’une réponse à ce sentiment, boire encore un peu plus, s’abrutir un peu plus. Rester sur ce canapé jusqu’à en avoir des escarres. Et puis les jours avaient finis par passer, les semaines avaient suivis & voilà que cela faisait déjà plus de deux mois qu’il était sur ce canapé, enchainant les verres, ne le quittant que pour se vider la vessie, ou prendre une petite douche, avaler un biscuit. Il avait été pathétique. Les mains de sa fiancée toujours contre lui, il respira lentement avant de se retourner & de déposer un baiser sur son front. « Hey you. » Dit-il en la prenant à son tour dans ses bras. Il allait mieux maintenant, même si après deux mois à se nourrir en pointiller il avait perdu plusieurs kilos qu’il reprenait tout doucement. Et puis la vie avait repris son cours, il avait fini par sortir de ce canapé, par se raser (merci bon dieu), prendre une bonne douche (qui ne lui avait pas fait de mal), reprendre le cours de sa vie. Lentement, certes. Il avait fallu un bon mois de plus avant que sa vie reprenne pleinement son cours. « Sleep well ? » Après tout il était important qu’elle dorme bien maintenant. Sa main se déplaça sur le petit ventre arrondi de sa fiancée avant de reprendre sa place première. Elle n’était qu’au début de sa grossesse mais, ils allaient être de nouveaux parents. Et dans quelques semaines ils auraient la possibilité de découvrir le sexe du fœtus, il savait déjà comment il voudrait l’appeler si c’était un garçon : Archer. Si c’était une fille … Archera ? Non, ils verraient bien. Et puis il y avait aussi le mariage qu’ils avaient commencé à organiser, ou plutôt ils avaient commencé à en parler. Il restait tout à faire, ils n’avaient même pas encore choisi de date.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyLun 3 Fév - 0:19

Love is like the sea
leaves you on your knees
then it pulls you in
then it takes you, takes you
over, over

@ Alicia Keys - Like the sea


Les jours qui ont suivi Héra ont été particulièrement éprouvants, pour toute la population. Entre les habitations détruites et les victimes directes de la tempête, ce bout de Californie ressemblait à un champ de bataille. Cette période s'est également révélée être un véritable challenge pour la jeune femme, dans le mauvais sens du terme. Elle s'est retrouvée à faire exactement l'opposé de ce qu'elle était censée faire. Être inquiète et stressée en permanence au lieu de continuer à retrouver la vie normale qu'Anthony et elle avaient recommencé à vivre. Avant d'apprendre la mort d'Archer, les pensées d'Olivia allaient curieusement à sa cousine, à Jamie qui avait tout simplement disparu. L'ayant perdu de vue juste avant que la tempête ne dégénère, elle n'avait après plus eu de ses nouvelles. Malgré tous les sentiments peu onéreux qu'elle pouvait avait à son égard, cette dernière avait passé ses dernières nuits chez elle. Et aussi étrange que cela pouvait paraître, elle avait fini par se sentir responsable d'elle, quelque part, et donc le fait de ne pas savoir où elle était ne la rassurait pas. Son portable semblait hors d'usage, elle avait appelé la plupart des hôpitaux de la région et autres centres d'urgences que la ville avait mis en place ; aucune trace de Jamie. L'éventualité qu'il puisse lui être arrivé quelque chose de grave lui avait bien traversé l'esprit, mais elle préféra ne pas s’attarder dessus, elle finirait par réapparaître. Éventuellement. Ayant un caractère assez affirmé de nature, celui-ci a été mis à rude épreuve, surtout lorsqu'elle a compris que son fiancé allait mal. Vraiment mal. Et qu'elle a réalisé que cette fois-ci elle serait le roc. Elle serait forte pour deux, elle n'avait pas le choix. Il lui arrivait par moments de s'enfermer dans la salle de bain, la penderie, ou même sa voiture et de faire face à son reflet, se répétant les mêmes phrases pour se donner du courage. Des mots sans lesquels elle n'aurait probablement pas tenu, pas aussi longtemps. It's alright he's just sad.  You know he loves you, you're not the reason he's behaving that way. He's just grieving, be patient. It'll go back to normal, soon. Elle séchait alors ses larmes, si larmes il y avaient, se reprenait pour vaquer à ses occupations, ou se rendre au travail. Lieu où elle arborait un sourire qui disparaissait à la minute où elle se retrouvait seule. Et, il y eut ce fameux soir où elle a eu la sensation de ne pas pouvoir continuer, d'avoir tout donné, et d'être coincée sans qu'il n'y aucune chance que les choses aillent mieux un jour. Elle savait pertinemment qu'il est très difficile d'aider quelqu'un qui ne veut pas être aidé. Oui, elle en sait plus qu'elle n'aurait aimé en savoir sur le sujet. S'efforçant de faire des efforts comme lui l'avait fait un an auparavant avec elle, elle tentait de lui arracher quelques mots, n'importe quoi. Puis elle s'était isolée dans le jardin, à bout. Un verre de Bourbon posé par terre, elle s'était assise en tailleur au bord de la piscine. Portable en main, elle avait composé le numéro de Jolene, dont elle s'était énormément rapprochée en très peu de temps. Elle la comprenait. Commençant par parler de tout et de rien, la conversation vira rapidement sur elle, et donc sur Anthony. Déballant tout ce qu'elle avait sur le coeur, elle mit du temps avant de se rendre compte qu'elle hoquetait, bloquant un sanglot de l'envahir subitement.  La main désormais posée sur sa bouche et les yeux embués, elle s'était alors retournée et pouvait apercevoir le jeune homme à travers la baie vitrée. « I don't know what to, or not to do.. I d... I don't know how to help him. » What if I'm not enough ? Désormais face à son fiancé, elle chasse avec vigueur ces pensées de son esprit. « Hey you. »  Il lui avait atrocement manqué lorsqu'il était dans cet espèce d'état second. C'est à ces moments là qu'elle s'est pleinement rendue compte de ce qu'elle avait pu lui faire vivre (et encore). Ce genre de mots, aussi simples soient-ils lui avaient manqué. « Sleep well ? » Ces petites attentions qu'elle rejetait avec tant de poigne quand il essayait de lui maintenir la tête hors de l'eau valent tout l'or du monde, vraiment. Ainsi, elle sourit quand il touche son ventre, tentant cependant tant bien que mal de ne pas faire de comparaison avec la grossesse de Lucas. Ne pas angoisser, rester la plus positive possible. « Like a baby. » Quand on y pense, l'expression est plutôt mal interprétée, étant donné qu'un bébé, avant qu'il ne fasse ses nuits, dort par intermittence.  « You know, given that I didn't wake up once. Though I did wake up feeling like throwing up.. » Elle fait une moue exagérée. « But I didn't. So, yay. » Aussi heureuse qu'elle soit d'être enceinte à nouveau, elle n'arrive pas encore pleinement à se projeter dans le futur. Le traumatisme de la perte de Lucas est toujours là ; Sourire toujours aux lèvres, elle le regarde. « Are you okay ? » Le temps a beau avoir passé, elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour lui, peut-être même sans raison apparente. Revêtissant son léger sourire, elle pose la main sur sa joue.

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyMar 4 Fév - 0:29

Tony savait parfaitement qu’il s’était comporté comme un connard de première avec la jeune femme, il l’avait ignoré merveilleusement durant deux mois. Elle aurait pu parler à un mur & aurait eu plus de chance d’avoir une réponse, et si réponse il y avait, plus sympathique que ce qu’il lui répondait. Il l’aimait, là n’était pas le problème. Mais, il l’a détesté aussi. Qu’il pouvait la détester de lui avoir annoncer la mort de celui qu’il considérait comme son frère. Comme si le fait de ne pas l’apprendre rendrait la nouvelle moins vrai. S’il n’avait pas reçu ce message, alors cela n’aurait pu être vrai. Il s’avait que c’était stupide, que c’était parfaitement faux. Mais, il ne pouvait s’empêcher de la détester à chaque fois qu’il posait les yeux sur elle. Il l’a détesté & il l’aimait. Il n’avait qu’une envie, que le monde s’arrête pendant quelques minutes, qu’il puisse essayer de ressortir la tête de l’eau, de trouver comment il allait pouvoir survivre à cette nouvelle perte. Il fallait bien comprendre que le jeune homme n’avait pas beaucoup de personnes qu’ils considéraient importantes dans sa vie, il pouvait les compter sur les doigts d’une main : sa sœur, sa mère, Olivia, Archer. Seulement il avait déjà perdu celui qu’il allait pouvoir appeler son fils, et il venait de perdre Archer. L’univers lui lançait un gros FUCK YOU, et il en faisait de même. La seule différence étant que l’univers le faisait en lui prenant les personnes qu’il aimait, et lui le faisait en passant son temps sur le canapé, à se bourrer la gueule. S’abrutissant un peu plus à chaque gorgée. Le médecin avait eu l’occasion de voir les yeux rougis de sa fiancée, il l’avait même déjà vu pleurer sur la terrasse alors qu’il était affalé sur le canapé en caleçon, une bouteille de whisky à la main, pratiquement vide d’ailleurs. Et si en temps normal il serait allé la voir pour la réconforter, la seule chose qu’il avait pu faire à ce moment-là avait été de terminer sa bouteille d’une traite, pour combler ce sentiment qui l’envahissait. Il avait eu l’impression d’être un parfait connard, il savait qu’il était responsable des larmes d’Olivia mais, était incapable de trouver le courage de faire quoi que ce soit pour la réconforter. Heureusement, il avait su se reprendre en main, principalement grâce à la jeune femme qui avait su le remettre à sa place en l’engueulant copieusement un soir. Elle en avait eu marre et comment pouvait-il la blâmer ? Les choses étaient différentes maintenant. Un sourire sur le visage, il planta son regard dans celui de sa fiancée. « Like a baby. » Dit-elle avant de se reprendre rapidement. « You know, given that I didn't wake up once. Though I did wake up feeling like throwing up.. » Il n’avait pas eu de mal à comprendre ce qu’elle voulait dire à la base, il s’agissait d’une expression, certes totalement illogique puisqu’un bébé ne dort que très peu, préférant largement utiliser ses cordes vocales pour réveiller ses parents. Mais, il avait compris ce qu’elle avait voulu dire. « not for much longer. » La jeune femme se rapprochait du deuxième trimestre, les nausées n’allaient pas tarder à disparaître pour laisser place aux demandes insolites en plein milieu de la nuit. « But I didn't. So, yay. » Il ne pu s’empêcher de rigoler lorsqu’elle prononça le « yay » avec toute l’ironie possible. Non être enceinte ne devait pas être une partie de plaisir, il n’avait aucun moyen de le savoir mais, lui avait pour rôle de trouver une épicerie ouverte en pleine nuit pour trouver une nourriture plus qu’improbable. « Are you okay ? » Les rôles avaient été inversés depuis la mort de Lucas, lui qui s’inquiétait encore pour Olivia lorsqu’ils étaient à la soirée de Toby, avait fini par se reposer entièrement sur elle. « Yeah, I’m fine. Are you ? » Il allait mieux, il savait qu’elle posait cette question parce qu’elle s’inquiétait pour lui, comme lui l’avait fait avant mais, il allait vraiment mieux. Il ne passait plus ses journées sur le canapé, il n’avait pas bu une goutte d’alcool depuis quatre mois. Mais, elle continuait à s’inquiéter. C’était normal, il s’inquiétait également de son côté. Sa grossesse avait fait remonter les souvenirs douloureux de Lucas, et il était impossible de ne pas les comparer. Cependant, après quelques minutes, il avait fini par chasser ces pensées négatives. C’était une chance, voilà ce qu’était sa grossesse.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyMer 5 Fév - 0:15

I can feel your heart
Open from the start
I can feel your soul
Yearning to my call
I can feel you
@ Delilah - I can feel you


Entre la disparition de sa cousine, le décès d'Archer, et l'état d'Anthony qui ne s'améliorait pas suite à ce dernier, Olivia s'est très sérieusement demandée si elle n'allait pas elle-même finir par retomber en dépression. Encore fragile, et sans compter que les souvenirs de la mort de Lucas se ravivaient eux aussi, il suffisait d'un rien pour qu'elle replonge. Elle le savait. En fait c'est un miracle qu'elle ait réussir à tenir, quand on connaît le pourcentage de gens qui cèdent à la facilité sans même qu'ils n'aient de raisons valables. Elle n'ose imaginer ce qu'il se serait passé si tel avait été le cas, si elle s'était laissée sombrer. Elle n'ose imaginer ce qu'il serait advenu d'eux. Bien qu'elle ait toujours refusé de prendre un quelconque médicament pour pallier ses humeurs et son stress, l'idée de se faire prescrire des antidépresseurs lui a bel et bien traversé l'esprit. Alors pour ne pas complètement perdre la tête, elle a trouvé refuge au Groupe de Soutien. Le bâtiment où elle a eu tant de mal à rentrer, où elle a d'abord eu beaucoup de mal à s'exprimer, lui a permis de ne pas baisser les bras et se laisser aller, en particulier quand elle en était à deux doigts. « not for much longer. »  Thank God. C'est en tombant enceinte pour la première fois qu'Olivia a compris à quel point la société a une image idyllique de la grossesse. Sans réel fondement d'après elle, d'ailleurs. Oui, elle portait la vie, et et oui elle avait hâte de devenir mère, mais faire grandir un être humain dans son utérus l'avait épuisée. Petite fille, elle était persuadée que « quand elle serait grande », elle aurait une petite tribu. Ambition qu'elle a revu à la baisse lorsque les premières contractions s'étaient faites ressentir, et se tordant de douleur, elle avait juré qu'elle ne retomberait jamais enceinte et qu'elle ferait payer à Tony de l'avoir mise dans cet état. Parce qu'évidemment, c'était de sa faute. « Yeah, I’m fine. Are you ? » Il a en a l'air. Il a l'air d'aller plutôt bien étant donné les circonstances. Et pourtant elle ne peut s'empêcher de se faire du soucis pour lui, parce que malgré tout, les mois qui ont suivi Héra l'ont marquée. Alors à sa question, elle se contente de hocher la tête puis l'embrasse doucement. S'il va bien, alors elle aussi. Et s'ils allaient bien alors, il n'y avait aucune raison de s'inquiéter pour la grossesse. Elle s'efforce cependant de ne pas penser qu'il n'y avait pas de raison pour que son accouchement se passe mal. De ne pas se rejouer la scène qui aurait normalement du être l'une des plus heureuses de leur vie. Le fait est qu'elle n'a aucune idée de comment est-ce qu'elle doit aborder cette nouvelle grossesse sans passer les six mois restant à angoisser pour un oui ou pour un non. Peut-être est-elle un signe de l'univers leur accordant, enfin, le droit au bonheur, estimant qu'ils ont assez souffert pour toute une vie. Peut-être. La gynécologue a beau eu lui dire que biologiquement tout va bien, et que plus elle réussira à gérer ses émotions, plus les choses se passeront bien, elle a un peu de mal à y croire. Yeah, you've said that before. avait-elle pensé. Jouant avec l'eau avec ses pieds, elle tient le bras du jeune homme alors qu'ils se mettent à marcher en silence. Un silence qui n'a à voir avec ceux qu'il, puis elle avaient pu trouver pesants et particulièrement énervants. Jetant un coup d’œil aux alentours, elle se revoit huit mois en arrière sur cette même en plage en compagnie d'Anthony, d'Archer et de celle qui semblait avoir réussi à faire battre son cœur. Elle soupire, nostalgique, puis dévie sur un autre sujet, plus joyeux. « This is the perfect place to get married, don't you think ? Just like in the movies. » Oui, elle le veut son mariage de princesse. Elle le mérite. Puis le regardant de manière malicieuse, elle ajoute :  « You have to agree with me on this. » Elle sourit, avant d'arborer un faux air angélique. « You don't want to upset a pregnant woman, do you ? » An angel, she was.

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptySam 8 Fév - 14:49

Grow old with me
Let us share what we see
And all the best it could be
Just you and I

@ TOM ODELL - grow old with me

Tony ne pouvait imaginer le fait que ce fœtus puisse finir mort-né. Il en était parfaitement incapable. Ce n’était pas qu’il ne refusait d’accepter ce qui pouvait être sa future réalité, c’était qu’il ne voyait pas comment il pourrait survivre après une autre perte. Mais, c’était surtout qu’il avait préféré laisser cette idée loin derrière, dans un minuscule tiroir fermé à clé de son esprit, il voulait voir le côté positif des choses, elle était enceinte, ils allaient avoir un enfant, ils allaient se marier, probablement traumatiser un jour ou l’autre leur gamin pour x raison mais, surtout l’aimer. C’était ce qu’il préférait voir. Il ne pouvait pas se comporter comme un médecin avec elle, pas durant cette grossesse en tout cas, il ne pouvait pas savoir qu’une grossesse sur deux cents se terminait par un mort-né. Non. Il était juste un futur parent lamdba, la seule différence étant qu’il n’avait aucun problème à comprendre tous les termes techniques du gynécologue, qui tentait tant bien que mal de les rassurer sachant pertinemment ce qu’ils avaient vécus auparavant. Que le fœtus semblait en parfaite santé et qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Facile à dire quand on n’a pas vécu la perte d’un enfant. Facile. Non, chirurgien ne devait pas repartir dans ce genre de pensée, un sourire sur le visage, il observa la jeune femme, elle avait l’air d’aller bien, et ça lui faisait plaisir. Il savait qu’elle s’inquiétait pour lui, et il comprenait pourquoi elle le faisait mais, il allait mieux. Vraiment. Il n’avait pratiquement plus de cauchemars bien que sa peur du noir n’avait fait que s’accentuer. Il avait repris sa routine habituelle, sans ses verres du mercredi soir avec Archer. Il continuait à aller au bar cependant, un passage éclair avant de rentrer chez lui, sa manière d’honorer la mémoire de son ami. Il faisait toujours la même chose, assit au bar, il réservait un siège à ses côtés & commandait deux bières, une pour lui & une pour le siège qui aurait dû accueillir Archer. Trinquant, il buvait sa bouteille en moins de dix minutes et disparaissait avant de refaire la même chose la semaine d’après. De nouveau perdu dans ses pensées, ce qui lui arrivait de manière assez régulière depuis la tempête, il ne retourna sur Terre que lorsque Olivia recommença à parler. « This is the perfect place to get married, don't you think ? Just like in the movies. » Euh … Non. Enfin si. Enfin non. Oui, juste comme dans les films, merveilleux. Le problème c’était qu’ils n’étaient pas dans un film. Qu’avec la chance qu’ils avaient, s’ils pleuvaient, ils étaient dans la merde, et puis même un peu de vent & ils se retrouvaient à manger du sable. « You have to agree with me on this. You don't want to upset a pregnant woman, do you ? » Elle abordait un air angélique, comme si cela pouvait le faire changer sur le fait que cette idée n’était pas la meilleure qu’elle puisse avoir. Rigolant, il l’embrassa rapidement. « I don’t want to upset a pregnant woman, but I don’t have to agree with you. » Il savait qu’elle aurait préféré qu’il dise simplement oui, qu’il ne cherche pas à la contredire mais, il savait qu’il n’allait déjà pas faire grand-chose dans l’organisation de ce mariage alors il estimait qu’il avait son mot à dire dans l’emplacement. « I mean, if it rains, or even a little bit of wind ... » on est dans la meeeeerde, voilà ce qu’il voulait dire mais, la jeune femme avait compris où il voulait en venir. Oui mais, s’il faisait beau, ça pourrait vraiment être magnifique. Et puis c’était là où il passait une partie de son temps avec Archer. S’il le faisait ici, il serait un peu là en quelque sorte. Déjà qu’il n’avait aucune idée de qui pourrait être son témoin. « I don’t know … » & c’était vrai. Il était étrangement incapable de prendre une décision.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyLun 10 Fév - 22:51

When I feel like the world has turned it's back on me
When I feel all alone and I'm left with nobody
Oh, when people wanted me to be somebody else
But you love me completely.
@ Yuna - Favourite Thing


Elle ne s'était pas imaginée retomber enceinte de si tôt. En fait, elle ne s'était pas imaginé retomber enceinte du tout. Son désir d'enfant n'avait pas disparu, non, il était toujours là. Le fait était, qu'elle ne savait simplement pas quoi en faire. Était-elle prête ? L'était-il ? Si elle connaissait plus ou moins sa position sur le sujet, elle savait aussi qu'au final, la décision lui reviendrait. Anthony lui avait fait comprendre que ça serait le cas. Avant la tempête, l'idée de commencer à essayer d'avoir un autre enfant lui était venue, à maintes reprises sans qu'elle n'en parle forcément. Lorsqu'elle se rendait sur la tombe de Lucas, ou quand elle saisissait la petite peluche qu'elle a en permanence dans son sac, elle y pensait, parfois. Puis les dégâts engendrés par Héra lui ont fait complètement oublier cette éventualité pour un temps qui était alors indéterminé. Le temps que le jeune homme lâche la bouteille qu'il avait en permanence en main, et daigne la regarder, lui répondre quand elle lui parlait, et, enfin, décide de se lever pour plus de dix minutes. Puis, lorsqu'il a commencé à montrer des signes de changement, elle s'est dit que changer d'air, complètement, ne pourrait que leur faire du bien. Sans lui en parler, elle avait pris deux billets d'avion sur internet, avait prévenu sa mère de leur arrivée imminente, et l'hôpital que son « congé » durerait quelques jours de plus. En effet, elle prenait un risque en le mettant sur le fait accompli, mais sa bonne étoile l'avait confortée sur le fait qu'il ne pourrait pas refuser d'aller à Boston, et ce quelque soit son état d'esprit à ce moment-là. Elle était convaincue qu'il commencerait à aller bien mieux dans la ville qu'il chérissant tant, et qui l'avait vu naître. Même si cela voulait dire qu'elle, native de Californie du Sud devrait supporter une température s'approchant plus de zéro que de dix. Pendant plusieurs jours. If this isn't love, tell me what it is. Ça n'est qu'après cette petite escapade qu'elle s'est dit alors, que, peut-être, tout n'était pas perdu. « I don’t want to upset a pregnant woman, but I don’t have to agree with you. » Wait, what ? Elle s'arrête de marcher, et cherche le regard d'Anthony, ne comprenant tout bonnement pas sa réponse. Si la plupart du temps elle arrive à anticiper ses réactions, ou tout du moins à en avoir une idée, elle doit avouer que là, elle ne l'a pas vu venir. En fait elle ne s'y est tellement pas attendu qu'elle a d'abord pensé avoir mal entendu. Qui ne rêve pas de se marier sur la plage ? « I mean, if it rains, or even a little bit of wind ... » Elle croise les bras sur sa poitrine, visiblement contrariée. Elle pourrait même se mettre à pleurer. Sans exagérer, il lui est déjà arrivé d'éclater en sanglots pour des choses bien plus insignifiantes qu'un simple désaccord pendant la grossesse de Lucas, et de ne pas parvenir à se contrôler. Freaking Hormones. « I don’t know … »  Elle lâche un soupir, avant de faire machinalement craquer ses doigts. « Come on, why are you being so pessimistic about this ? » Pour le coup, le ton de sa voix n'est pas agressif, et ne traduit pas de colère, mais une réelle incompréhension. « We're in Orange. It's warm and it never rains.. Well, it does. Like one day a month. And if that day turns out to be our wedding day, then I guess we're just the unluckiest people in the world.. Which we're not far from being.. » Elle grimace, avant de reprendre, réalisant qu'elle s'éloigne du sujet. « Anyway. My point is, I want that particular day to be as perfect as it can be. Right here. » Elle sourit et prend les mains d'Anthony dans les siennes, avant de se mettre à jouer avec. « I'm not upset yet, so it's a chance for you not to make me. » Tirant légèrement la langue, elle enchaîne, un peu plus sérieusement. « Could you at least.. Consider it ? Please ? »

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign




Dernière édition par Olivia Cassidy le Dim 16 Fév - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyMar 11 Fév - 22:07

If I lay here
If I just lay here
Would you lie with me and just forget the world?
I don't quite know
How to say
How I feel
Those three words
Are said too much
They're not enough

@ SNOW PATROL - chasing cars

Si Olivia avait vu sa tête lorsqu’il lui avait dit qu’il n’était pas obligé d’être d’accord avec elle, elle aurait probablement éclaté de rire. Chose qu’il se retint de faire, ne voulant pas rajouter de l’huile sur le feu, elle était enceinte & ses humeurs étaient plus que changeantes. Les hormones. Mon dieu, qu’est-ce qu’elle avait pu le faire rire lorsqu’elle était enceinte de Lucas, la retrouvant parfois à quatre heure du matin dans la cuisine, mangeant un repas complet, parce que trois n’avait pas été suffisant. Et puis la fois où elle avait fondu en larme parce qu’elle n’arrivait pas à étendre le linge, insultant ce dernier copieusement comme si cela allait avoir le moindre effet. Il ne doutait pas d’avoir de nouveau moment mémorable avec elle. « Come on, why are you being so pessimistic about this ? » Why ? Elle posait vraiment la question … Il avait toutes les raisons d’être pessimiste, avec la chance qu’ils avaient, il y aurait une autre tempête le jour de leur mariage. « We're in Orange. It's warm and it never rains.. Well, it does. Like one day a month. And if that day turns out to be our wedding day, then I guess we're just the unluckiest people in the world.. Which we're not far from being.. Anyway. My point is, I want that particular day to be as perfect as it can be. Right here. » Et il voulait aussi que ce jour soit parfait, il n’avait pas prévu de se marier deux ou trois fois après tout. Même si à la grande différence d’Olivia, il se moquait pas mal de la cérémonie, lui ce qu’il voulait c’était une fête tranquille, avec sa famille & ses amis. Selon lui, c’était parfaitement suffisant, il n’y avait pas besoin d’y avoir une centaine d’invité, un menu gastronomique digne d’un restaurant trois étoiles. Il n’était pas du tout dans cette perspective, si la jeune femme avait été d’accord il aurait même fait un mariage à 142$, soit le coût pour se faire marier à la mairie. Quelque chose de simple, il aurait juste eu à porter l’un de ses costumes, elle une robe (et elle avait le choix dans ces dernières), passage rapide devant quelqu’un qui avait le pouvoir de les marier, un bon repas dans un restaurant de New Orange, et voilà. Cela lui semblait parfait, mais il savait qu’Olivia n’était pas comme ça, elle faisait partie de ses femmes qui imaginent le mariage parfait dès leur enfance, et après tout ce qu’ils avaient vécus, il ne voulait pas lui enlever ça. « I'm not upset yet, so it's a chance for you not to make me. Could you at least ... Consider it ? Please ? » Lui tirant la langue une fois sa phrase finie, il rigola & l’embrassa. « Of course. » C’était évident, il n’allait pas ne pas l’envisager, c’était une idée après tout. « And glad to hear that you’re not upset. It’s only ten in the morning. » I still have time to piss you off. Elle l’avait rejoint depuis à peine dix minutes, si elle était déjà en colère contre lui, il était foutu pour le reste de la journée. Et puis, il n’avait pas envie de s’engueuler avec elle, c’est bon, les choses avaient été assez horribles dernièrement pour qu’il ait envie de se prendre la tête avec elle. Décidant qu’ils avaient assez marché le long de la plage pour l’instant, il s’allongea sur le sable chaud, sachant que la jeune femme allait faire de même, il sentit rapidement la tête de cette dernière sur son torse. Tony déposa un baiser sur le crâne de la jeune femme, et resta ainsi quelques secondes, avant de reprendre la parole. « So, what do you want to do today ? »

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyLun 17 Fév - 1:28

Well my heart’s been racing, chasing after you
You’re the sweetest dream my incredible you
You’re the star so bright, I can’t help but stare at you
So soft your lips, the wind blow in my hair, yeah
Come closer, let me whisper in your ear
@ Daley - Alone Together


Il n'est pas faux que sa requête concernant un possible échange de vœux sur la plage sort un peu de nulle part. Tout du moins, elle n'y a pas sérieusement réfléchi, mais l'endroit semble être propice pour une jolie cérémonie. Et malgré ce que l'on pourrait dire, ceci n'a rien à avoir avec un caprice de femme enceinte, non. Avec un peu de chance, il n'y en aurait d'ailleurs pas, ou très peu concernant le mariage, tout simplement parce que dans son esprit, tout est très clair. Ou tout du moins, elle sait pertinemment ce qu'elle ne veut pas. Ainsi, lorsque, pour plaisanter -elle l'espère en tout cas-, Anthony  avait évoqué sa conception de la célébration de leur union, elle l'avait juste dévisagé, avant de lui faire de la sienne -qu'il connaissait déjà-, très sérieusement. « I've been planning my wedding since I was six years old. So, that's not happening. » « Of course. » Un sourire de satisfaction vient s'installer sur son visage, elle sait déjà qu'il y a de grandes chances pour que finalement, il cède. Plus tard, après lui avoir fait part de ses arguments en béton vêtue de presque rien, elle obtiendrait gain de cause. Technique infaillible qu'elle a eu le temps d'élaborer, tester et retester depuis le temps qu'ils sont ensemble.  « And glad to hear that you’re not upset. It’s only ten in the morning. » Elle rit à son tour, serrant un peu plus le bras du jeune homme contre elle. Elle ne peut s'empêcher de penser qu'il y a quelques temps encore, ce genre de scène ne se déroulait que dans son imagination. Qu'à force de perdre des gens, ils avaient failli se perdre tous les deux. Deux fois. Et elle a beau avoir un côté romantique, elle n'est pas fana de la théorie selon laquelle chaque personne n'est en censée avoir qu'un âme-sœur au cours de sa vie, mais peut-être que ces dernieres années passées au côté d'Anthony lui auront finalement prouvé le contraire. Parce qu'après avoir traversé tant d'épreuves, après avoir vécu l'enfer et plus encore, les voilà sur le point de se marier et d'avoir un autre enfant. Ses pensées vont tristement à sa grande amie Jolene qui a connu une histoire similaire à la sienne, mais dont l'issue du mariage s'est terminée par un divorce. Maybe some people are actually meant to be after all. « Yeah, that'd be a shame. Because being upset and pregnant leads to eating. A lot... Oh my god that's it I'm craving for food now. But I'm not giving in, I already feel as if my boobs are going to explode in here. But of course, you don't mind that. » Elle revêtit un sourire mi-amusé mi-angélique après son monologue incompréhensible de femme enceinte aux hormones moyennement déchaînés. Suivant le mouvement de son fiancé, elle s'allonge près de lui. « So, what do you want to do today ? » La main posée sur son torse, elle y trace des petits cercles à l'aide de son doigt. « Uh, basically nothing. » Elle s'esclaffe, et reprend. « We could go to that Mexican restaurant near the bowling club, I'm even surprised we haven't tried it yet. And then we could just.. Chill I guess. Or go to the movies. What do you say ? » Levant les yeux vers lui, elle se redresse quelque peu, soutenant sa tête posé sur son poing, son regard est très vite attiré par une ribambelle d'enfants, probablement en centre aéré ou colonie de vacances vu la période. Il fut un temps où la vue de ces petits humains lui était difficile, mais il est désormais révolu. Les observant s'émerveiller devant les miracles qu'accomplissent leurs râteaux et autres pelles au contact du sable, elle fait de même devant, souriant jusqu'aux oreilles. « Sooo, do you have any names in my mind, ? »

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyDim 23 Fév - 23:09

Love of mine
Someday you will die
But I'll be close behind
I'll follow you into the dark

@ DEATH CAB FOR CUTIE - i will follow you into the dark

« Yeah, that'd be a shame. Because being upset and pregnant leads to eating. A lot... Oh my god that's it I'm craving for food now. But I'm not giving in, I already feel as if my boobs are going to explode in here. But of course, you don't mind that. » Il rigola lorsqu’elle lui dit qu’elle avait envie de manger. Elle avait toujours envie de manger depuis qu’elle était enceinte, et il n’allait pas lui dire qu’elle ne pouvait pas, bien qu’elle devait éviter tout ce qui était café, crustacés, sushi. Et alcool. Joie de la grossesse. Rigolant un peu plus lorsqu’elle parla de ses seins, il n’allait pas s’en plaindre, c’était une certitude, au contraire il appréciait mais, se doutait que ça ne devait guère être une partie de plaisir pour elle. Il restait un mec cependant. Un air angélique sur le visage, il prit la parole : « I don’t know what you’re talking about, your boobs are perfect. » Et il le pensait, il n’avait rien à redire sur son apparence physique, il suffisait de voir comment la regarder les autres hommes quand ils sortaient ensemble pour comprendre qu’elle n’avait aucun mal à attirer l’attention. Elle pourrait même facilement se débarrasser de Tony & le remplacer par n’importe quel mâle. Elle était magnifique. Allongé sur le sable, il avait les yeux fixés sur le ciel bleu, il n’y avait aucun nuage à l’horizon, il adorait ce temps, et se rappelait pourquoi il avait décidé de rester ici & non pas de rentrer sur Boston, parce qu’il appréciait ce temps, ce paysage même si l’absence de saison lui manquait toujours. Sûrement pour ça qu’il aimait bien retourner sur sa ville natale pour profiter de la neige. « We could go to that Mexican restaurant near the bowling club, I'm even surprised we haven't tried it yet. And then we could just.. Chill I guess. Or go to the movies. What do you say ? » Mon dieu, mais quel programme, cela impliquait de s’habiller de manière relativement convenable, pas avec un simple jogging, ou même en caleçon. Faire l’effort lui semblait impossible, bien sûr il aurait pu le faire mais, il n’en avait pas envie. Il était bien là sur la plage, et il se voyait bien aussi autour de sa piscine, ou sur ce canapé qu’il n’avait pas quitté durant deux mois pratiquement. « If you want … but was imaging something a little bit different : maybe grill something on the barbecue and a … water. » Tony avait failli dire une bouteille de bière, seulement la jeune femme n’avait pas le droit de boire de l’alcool, et il préférait éviter de lui rappeler qu’elle n’avait pas le droit de prendre un verre de vin. « And you know, stay in the pool or watch a movie. » Chez eux quoi, sans sortir. Il fallait dire que la dernière partie était légèrement fausse, il n’avait pas prévu de regarder un film à la base mais, bien de jouer à Watch Dogs sur sa ps4. Mais, ça aussi il estimait qu’il ne valait mieux pas le dire, peut-être la prendre par surprise, c'est-à-dire attendre qu’elle aille faire quelques choses dans une pièce qui l’éloignerait du salon, et il profiterait de cette opportunité pour se jeter sur sa console avant de faire comme si de rien était quand elle reviendrait. « Sooo, do you have any names in my mind, ? » … Il ne s’était pas attendu à cette question. Bien sûr ils devraient en parler un jour mais, le fait de devoir y réfléchir lui rappelait celui qu’il avait choisi s’ils avaient un garçon, et qu’il imposerait probablement à la jeune femme de toute façon, ça lui tenait à cœur. Prenant rapidement la parole, il se dit que s’il exprimait l’idée à toute vitesse, cela ferait peut-être un peu moins mal, comme lorsqu’on arrache un pansement. « Si on a un garçon, je pensais à Archer. » Le seul problème c’était qu’il venait de le dire tellement vite qu’Olivia n’avait probablement rien compris à ce qu’il venait de dire.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyJeu 27 Fév - 11:20

I stared up at the sun,
Thought of all of the people, places and things I’ve loved.
I stared up just to see
With all of the faces, you were the one next to me.
@ OneRepublic - If I Lose Myself


Olivia a pu découvrir, et redécouvre à présent que les dires selon lesquels la nourriture a un effet thérapeutique, émotionnellement du moins, sont bel et bien véridiques. En plus des hormones qui ne lui laissent pas vraiment le choix quant aux moments où l'envie de se goinfrer se fait ressentir, le stress de la grossesse en elle-même la fait également se ruer sur toute sorte d'aliments, aliments que très souvent, elle n'apprécie même pas en temps normal. Si pour la plupart des femmes les grossesse qui suivent la première sont généralement vécues plus sereinement, cela n'est assurément pas son cas ; ses craintes sont multipliées par dix. Ainsi, la première échographie s'était révélée être une véritable épreuve, elle n'en avait quasiment pas dormi de la nuit, redoutant toute complication. De la même manière, très peu de personnes sont à ce jour au courant de la grossesse, quasiment personne à vrai dire. Consciente qu'elle ne pourra plus la dissimuler pendant très longtemps, elle tient quand même à la vivre de la manière la plus discrète possible. Dans la mesure où sa poitrine le lui permettrait du moins, hmm.  « I don’t know what you’re talking about, your boobs are perfect. » Sa première réaction est d'éclater de rire. De cette façon au moins, elle n'aurait pas à complexer sur ça.  « Perfect huh ? Lucky me. Well, thank you... Émettant un rire plus un peu plus léger, elle finit pas sourire, finalement pas peu contente de ce qu'elle vient d'entendre, après tout venant de son fiancé, c'est un compliment comme un autre. Bon à prendre. ...If at least one of us is happy about their.. New shape, well, that's great... I guess. » Elle sourit malicieusement, elle saurait parfaitement quoi faire pour l'influencer quant au choix de l'endroit où se tiendrait la cérémonie de leur mariage. Amusée par le sujet de conversation, elle sourit de plus belle, se redressant complètement et enfonçant ses mains dans le sable pour venir rejeter la tête en arrière. Elle ferme les yeux un instant, et est rapidement bercée par le bruit paisible des petites vagues,lui faisant presque oublier sa terrible envie de manger. « If you want … but was imaging something a little bit different : maybe grill something on the barbecue and a … water.  And you know, stay in the pool or watch a movie. »  The barbecue and a what ? Elle fronce doucement les sourcils, mais ne s'attarde pas sur cette phrase, préférant se focaliser sur le meaning tout entier de ce qu'il vient de dire. Olivia rouvre un œil, puis deux, et repose son regard sur le jeune homme qui n'a pas bougé d'un centimètre, il a l'air de trouver sa réponse tout à fait légitime. Elle se rembobine la scène en vitesse, et non elle n'a pas rêvé, il lui a bien demandé ce qu'elle voulait pour la journée. Elle lui a bien répondu. Et il vient tout bonnement de lui sortir ce que lui a en tête, et qui étrangement est à l'opposé de ses plans à elle. This man, I swear. Elle soupire, levant lestement les yeux au ciel, bien qu'un petit sourire en coin face son apparition. « You're such an annoying one hell of a something Anthony Bishop,  you know that ? » Bien sûr qu'il le sait, elle le lui rappelle chaque fois qu'elle en a l'occasion, ou presque. Elle se doit d'avouer que la question des prénoms sort un peu de nulle part , elle même n'y a pas vraiment réfléchi, ne souhaitant pas précipiter les choses. « Si on a un garçon, je pensais à Archer. » Aussi rapidement qu'il vient de parler, elle est quasiment sûre d'avoir entendu le prénom « Archer » presque soufflé au travers des lèvres d'Anthony. Et au vu de l'air qu'il affiche, elle en déduit que le ton employé n'était sûrement pas du au hasard. « I'm sorry I didn't mean to.. » Elle n'a aucune idée de comment terminer sa phrase, elle est seulement désolée qu'il ne fasse plus partie de ce monde. Alors elle se rapproche un peu plus de lui, et pose sa main sur la sienne. « Let's go for Archer. Plus I think the original one would be pretty proud. »

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign




Dernière édition par Olivia Cassidy le Jeu 6 Mar - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyMer 5 Mar - 22:58

« You're such an annoying one hell of a something Anthony Bishop, you know that ? » bien sûr qu’il le savait, ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’elle le lui disait. Et si d’habitude il avait aune assez bonne idée de la raison qui la poussait à dire ça, il n’avait en cet instant précis aucune idée. Il lui avait juste demandé ce qu’elle voulait faire, il ne lui avait pas non plus promis que ça serait ce qu’il ferait. Légèrement perdu suite à sa remarque, il laissa rapidement tombé, sachant pertinemment que de toute façon il ne pourrait pas gagner contre elle, s’il avait habituellement ses chances, il n’en avait aucunes lorsqu’elle était enceinte. Il le savait, il l’avait déjà vécu, elle était têtue à la base, et il adorait ça autant qu’il pouvait le détester, Tony était exactement pareil, adorant avoir raison mais, ce côté de la personnalité de la jeune femme était décuplée avec ses hormones. Pour son plus grand plaisir, bien évidemment. Ne cherchant pas à comprendre, il répondit à toute vitesse à sa question, et par le plus grand des miracles, elle comprit ce qu’il venait de dire, évitant qu’il ai a répété. Il avait déjà pensé à la question, il y avait longuement pensé depuis qu’elle lui annoncée sa grossesse, lui causant de nombreuses insomnies. La peur de voir le passé se répéter l’avait tenu réveillé, et il avait eu le loisir de réfléchir à différentes choses, notamment à une idée de prénom pour le futur enfant. Le prénom Archer lui était immédiatement venu en tête dans le cas où ils auraient un garçon, un moyen comme un autre d’honorer celui qui aurait été son parrain. « I'm sorry I didn't mean to.. » Le médecin savait qu’elle n’avait pas voulu lui faire penser à son défunt ami, elle n’avait après tout aucun moyen de deviner qu’il aurait choisi ce prénom. Sentant la main de sa fiancée sur la sienne, il la serra doucement, tentant de remplir ce vide qui venait de s’ouvrir en lui, il n’aimait pas en parler, il avait toujours beaucoup de mal à s’ouvrir à ce sujet. S’il avait eu besoin de parler à quelqu’un après la mort de Lucas, il en était parfaitement incapable concernant son ancien meilleur ami. Il ne savait pas bien pourquoi mais, il ne pouvait pas. Le jour de l’enterrement de ce dernier, il avait dû prononcer quelque mot, histoire de rendre une dernière fois hommage à celui qui avait été son frère, il avait réussi à monter sur scène, dire quelques mots, raconter une anecdote marrante les larmes aux yeux mais, une fois tout le monde parti, il avait demandé quelques minutes à Olivia. Le temps pour lui de retrouver la tombe de leur fils, et de s’effondrer en larme dessus. Il n’y avait pas beaucoup pour qui il était prêt à se prendre une balle, et pourtant deux d’entre elles se trouvaient dans un cercueil. Disparus bien trop tôt. « Let's go for Archer. Plus I think the original would be pretty proud. » Un sourire sur le visage, il imagina la réaction d’Archer, et ne pu s’empêcher de rigoler. « No. He would’ve hated it, and would’ve asked me what is wrong with me to name my child Archer. Eventually he would have laughed and would drink too much with me. » Il aurait probablement fini par lui demander aussi ce qui lui passait par la tête. Mais, il n’avait pas envie de penser à ça, sentant les larmes lui monter aux yeux, il déposa un baiser sur le crâne de la jeune femme & se leva, il n’avait pas envie qu’elle le voit comme ça. Il n’avait plus envie qu’elle le voit faible, elle l’avait assez fait, et puis saloperie de fierté masculine. Debout face à l’océan, il resta ainsi quelques secondes, histoire de reprendre une certaine contenance, il senti les mains de sa fiancée se poser sur son ventre pour remonter jusqu’à son torse, sa tête poser contre son dos, il profita de l’instant, finit par se retourner, ses mains sur les hanches de cette dernière, il captura ses lèvres pour un baiser. Son front contre le sien, il tenta le tout pour le tout. « You know, if we stay home, we don’t have to dress, and you wouldn’t have to wear a bra. » Après, il disait ça comme ça.

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cassidy
Head down, as I watch my feet take turns hitting the ground
Olivia Cassidy

◆ messages : 1249
◆ inscription : 26/04/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0.
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : sunbury drive neighborhood, orange.

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyMar 18 Mar - 23:27

And I want to wake up with the rain
Falling on a tin roof
While I'm safe there in your arms
So all I ask is for you
To come away with me in the night
@ Norah Jones - Come Away With Me


Sa réplique faussement assassine terminée, sa main se dirige machinalement vers son ventre. Si ce dernier se fait encore discret sous sa tunique, il ne reste plus que quelques semaines avant que les suspicions ne soient levées et que la grossesse ne soit alors définitivement connue de tous. Si elle s'était faite une joie d'annoncer à qui voudrait l'entendre qu'elle se marierait prochainement, elle a choisi d'adopter une attitude différente quant à cette nouvelle grossesse, et de tout bonnement laisser les gens plus ou moins la découvrir. De cette manière, elle l'espère, ils comprendront qu'elle préfère ne pas trop aborder le sujet, et pas conséquent, éviter de répondre à des séries de questions dont elle-même n'aurait probablement même pas les réponses. La première étant, « how do you feel about this new pregnancy Olivia ? », le reste étant des réflexions et autres remarques qui font elles aussi office de questions indirectes ; « you're not carrying Lucas again », ou encore « it'll be okay ». Le fait est, qu'elle n'en sait rien. Ils n'en savent rien. Alors plutôt que de trop s'avancer en bien ou en mal, elle choisis de ne pas le faire. « No. He would’ve hated it, and would’ve asked me what is wrong with me to name my child Archer. Eventually he would have laughed and would drink too much with me. » Elle rit à son tour, imaginant la scène tout à fait probable, connaissant les deux jeunes homme et la relation toute particulière qu'ils avaient. A l'origine proche d'Anthony, elle n'avait pas non plus mis longtemps avant de se lier d'amitié avec lui. Ils s'étaient très vite entendus sur le fait de remettre son cher fiancé à sa place lorsque selon eux, il partait trop loin dans ses délires geeks, ou qu'il parlait tout simplement trop. Oui, il n'était pas rare de les voir se high-five après avoir réussi à faire taire Tony. Et autant elle avait détesté qu'après certaines de leurs disputes, ce dernier trouve refuge chez lui, elle lui était tout de même reconnaissante d'être là, d'être lui. Comme il l'avait promis, entre deux blagues, alors qu'elle était très enceinte de Lucas, il aurait fait un bon parrain, l'oncle éternellement célibataire que l'enfant aurait trouvé cool. Il l'aurait été. « Indeed, you guys probably would have. » Le sourire qui a découlé de son rire s'estompe légèrement quand elle sent chez le jeune homme un début de fébrilité. Elle le regarde s'éloigner, et se retient d'attraper sa main pour l'obliger à se retourner et ne pas lui cacher ses signes évidents de tristesse. Mais ça, il le sait. Elle jette un coup d'oeil aux alentours, et comme parfois, elle se surprend à avoir des bribes d'imagination quant à la vie qu'ils auraient sans les drames. Avec Lucas qui s'amuserait plusà essayer de manger le sable qu'autre chose, pendant qu'Archer et Anthony seraient en train de surfer.
Lui laissant le temps de retrouver ses esprits, elle soupire un peu, elle-même n'étant pas à l'abri de faire apparaître quelques larmes, et se lève à son tour pour le rejoindre et à nouveau se retrouver dans ses bras. « You know, if we stay home, we don’t have to dress, and you wouldn’t have to wear a bra. »  No doubt, il est revenu à lui-même. Elle délaisse instantanément les pensées négatives qui ont précédé, et fait mine de réfléchir, passant délicatement ses bras autour de son cou. Moue dubitative en place, elle hausse les épaules et affiche un sourire en coin. Désormais sur la pointe des pieds, elle prend la parole. [color:88b4=#salmon]« Thinking about my comfort, how sweet of you. » Non pas qu'il ne s'en préoccupe pas, loin de là, c'est juste la manière dont il a tourné sa phrase qui lui donne envie de plaisanter là-dessus. « Was that, by chance, an attempt to get to me with your plan ? Cause it's working. And for once my hormones seem to agree. » Il n'y a en effet pas que des inconvénients à avoir des hormones déchaînées, if you know what I mean.  Elle rit un peu avant poursuivre « I kinda love you mister know it all. »

Spoiler:
 

_________________
What if I told you your tears haven't been ignored and everything that was taken can be restored ? Feel this, can you feel this ? My heart beating out of my chest, feel this, can you feel this? Salvation under my breath. wood spoon sign


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Bishop
⊹ IT'S ALWAYS DARKEST BEFORE THE DAWN
Anthony Bishop

◆ messages : 1030
◆ inscription : 09/05/2013

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 0
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Sunbury Drive, New Orange

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia EmptyJeu 27 Mar - 23:09

[color:e84b=#salmon]« Thinking about my comfort, how sweet of you. Was that, by chance, an attempt to get to me with your plan ? Cause it's working. And for once my hormones seem to agree. » Un grand sourire se dessina sur les lèvres d’Anthony qui semblait avoir gagné la partie vis à vis de comment ils allaient occuper, et il était plutôt heureux d’y être arrivé sans trop d’effort.  « I kinda love you mister know it all. » Un petit rire s’échappa de ses lèvres alors qu’il l’embrassa une énième fois. Il ne pouvait rire que rire à sa phrase car il estimait qu’il s’agissait d’une roulette russe à ce niveau. D’un côté il l’a connaissait parfaitement & pouvait lui trouver le cadeau parfait pour son anniversaire ou Noël, il savait ce qui lui faisait plaisir mais, bon dieu, les ¾ du temps il n’avait absolument aucune idée de quoi elle parlait & où elle voulait en venir. Le nombre de fois où elle avait commencé à l’engueuler pour une connerie et qu’il restait totalement stupide, n’ayant aucune idée de ce qu’il avait fait en réalité. Alors il restait là, attendant patiemment qu’elle s’épuise & n’ai plus de souffle, avant de commencer à s’excuser. Bien qu’il ne savait pas pourquoi il s’excusait. Oui, il aurait pu l’affronter, s’engueuler avec elle, commencer une dispute seulement voilà. Il l’aimait et il n’avait pas envie de se prendre la tête avec elle sur une connerie. Souriant & pas peu fière d’avoir réussi à la convaincre aussi facilement, il n’alla pas jusqu’à le montrer pour éviter de se retrouver face à une jeune femme, dont les humeurs étaient relativement changeantes, en colère. Depuis la mort d’Archer & surtout depuis qu’il avait retrouvé un semblant de vie normale, il avait décidé qu’il ne servait à rien de s’arrêter à des broutilles, la vie continuait, il fallait continuer avec elle. « I’m happy to know it » Un sourire sur le visage, il récupéra ses affaires, et proposa à la jeune femme de la portée sur son dos jusqu’à chez eux. Ne mettant pas longtemps à accepter cette proposition, elle se retrouva moins de dix secondes plus tard sur son dos. Elle n’était qu’au début de sa grossesse et si un petit ventre commençait doucement à se dessiner, ils avaient encore quelques semaines avant de ne plus pouvoir faire ce genre de chose. Il allait peut-être falloir annoncer un jour à leurs amis la grossesse … mais, pour tout dire ils n’étaient pas bien presser, le souvenir de Lucas était toujours présent, l’envie n’était pas vraiment là. Et puis ce n’était pas comme s’ils allaient pouvoir le nier une fois qu’elle aurait dépassé le 5ème mois, son ventre serait bien arrondi. Mais, ils n’étaient pas encore là, ils avaient quelques petites semaines de tranquillité avant & Anthony comptait bien en profiter. Remontant la plage pour se retrouver sur le petit sentier qui les conduisait directement à quelques dizaines de mètres de leur maison, dans une dizaine de minutes il serait allongé en mode larve sur le canapé, et pourrait passer la journée à rien faire & pourquoi pas observer la jeune femme se balader sans soutien-gorge, histoire de rendre cette journée un peu plus parfaite à ses yeux.  

THE END
Spoiler:
 

_________________
My mouth hasn’t shut up about you since you kissed it. The idea that you may kiss it again is stuck in my brain, which hasn’t stopped thinking about you since well before any kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty
MessageSujet: Re: the breeze of the ocean on our skins ~ olivia   the breeze of the ocean on our skins ~ olivia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

the breeze of the ocean on our skins ~ olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RUN THIS TOWN :: PLACES AROUND :: OCEANSIDE-