AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 (noah) ~ less than three months ago

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stobart Foer
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Stobart Foer

◆ messages : 26
◆ inscription : 03/03/2014

(noah) ~ less than three months ago Empty
MessageSujet: (noah) ~ less than three months ago   (noah) ~ less than three months ago EmptyDim 9 Mar - 13:42


{ I hear the angels talking talking talking
Now I'm a dead man walking walking walking
I hear the angels talking talking talking
Now I'm a dead man  }

QUOTE DEADMAN WALKING @THE SCRIPT

Je commence à me perdre dans ma tête, j'ai l'impression d'avoir fait le tour. Être coincé dans un lit pendant déjà une semaine me rendait malade, je devenais assez désagréable avec les infirmière. Incapable de me déplacer seul à cause de cette foutue jambe qui avait tout oublié. Elle ne voulait plus avancer, elle ne savait plus me soutenir. Comme si mon cerveau avait oublié comment marcher puisque même l'autre me faisais aussi la gueule.  Donc, ne pouvant pas marcher, j'étais pris dans ce lit, c'était la joie, la grande joie! Soupir. En plus, mon seul moyen pour sortir de là, et bien je l'ai foutu dehors,je ne voulais rien savoir de lui, il m'a abandonné une fois, mais qu'est-ce qui ferait croire qu'il ne m'abandonnerait pas à nouveau. Je n'avais simplement plus confiance en lui, il l'avait brisé de ses propres mains et je n'ai jamais voulu lui toucher à nouveau. Ce qui est brisé ne me rend pas plus fort. Second soupir. C'est fou à quel point les journées sont longues. Première journée, c'est l'engueulade avec Robin. Deuxième journée, je n'arrive pas à dormir. Troisième journée, je la passe à me foutre de ma gueule qui n'arrête pas de pleurer. Quatrième journée, les médecins insiste sur ma thérapie physique. Cinquième journée, je commence cette thérapie et cela fait un mal de chien. Sixième journée, j'abandonne l'idée de marcher à nouveau. Septième journée, j'ai réalisé quelque chose et me suis battut pour avoir un téléphone que j'eus seulement le jour suivant, le huitième jour.

Faut croire qu'ils savent se rendre détestable dans les hôpitaux. Quand on vint me porter le téléphone, on est resté à côté de moi jusqu'à ce que je le redonne. Super. Il n'y avait que deux personnes que je pouvais contacter pour mon état. Dans mon dossier, la personne à contacté était mon père, mais il était mort. Mon frère était le contact de mon père, ce qui a fait qu'il a apprit pour moi rn même temps, mais comme aie-je déjà dit, je l'ai mit dehors. Donc il ne restait que deux personnes importante pour moi à prévenir. Faut oublier Jason, j'ignore comment il réagirait. Il ne restait donc que Noah, mais quoi lui dire. Je restai fixe à regarder les numéros compisai quand je décidai de confirmer le numéro. Je portai l'appareil à mon oreille reconnaissant la bonne vieille tonalité de connection. J'attendis jusqu'à ce que, de l'autre côté, on décroche. Un silence de ma part avant que j'ouvre la bouche. "Noah?  C'est stobart... Je-Je suis à l'hôpital..." je raccrochai en silence et me tournant vers le préposé. Je lui redonnai et il quitta ma chambre me laissant dans le silence. Je poussai un soupir en baissant les yeux vers ma jambe recousu. Je passai la couverture sur cette dernière puisqu'elle me rendait malade. Je me laissai tombai contre le lit replié et fixai le plafond attendant... Attendant... Rien finalement. J'étais resté dans le coma pendant trois mois, j'allais surement avoir une crise de Noah parce qu'il n'avait pas eut de mes nouvelles depuis trois moi et une semaine, faut être précis! Il s'était surement inquiété.

_________________

         
Le bonheur se cache souvent, ne nous effleure que quand il veut. Peut-être parce qu'il est méfiant, peureux, craintif ou défaillant. Bien sûr rien n'est moins sûr que la vérité. Elle assassine sans tuer, et laisse à vif, écorché. ©️ signature by anaëlle.


Dernière édition par Stobart Foer le Dim 9 Mar - 23:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noah Miles
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Noah Miles

◆ messages : 151
◆ inscription : 02/03/2014

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 01/03 libre (Lou, tc, Stobart)
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Waverly Avenue

(noah) ~ less than three months ago Empty
MessageSujet: Re: (noah) ~ less than three months ago   (noah) ~ less than three months ago EmptyDim 9 Mar - 14:33


✣ ✣ ✣

« Bonjour. Je cherche la chambre de Stobart Foer. » dit faiblement Noah à une infirmière du St Joseph Hospital. Ironie du sort, quand on sait qu’il avait toujours évité cet endroit depuis la mort de sa mère. Mais cette fois-ci, les choses semblaient différentes, il ne se rendait pas là-bas à cause d’une mauvaise nouvelle. Non, là, c’était tout autre chose. Une demi-heure plus tôt, Noah avait un reçu un appel. Un appel de Stobart. Soucieux, il avait porté le combiné à son oreille et n’avait rien dit. Juste écouté. Il y a exactement trois mois et une semaine, la tempête Héra avait dévasté une grande partie de la ville de Chino faisant de nombreuses victimes. Parmi-elles, il y avait une personne que Noah connaissait : le père de son meilleur ami. Et puis, Bart avait disparu ne laissant rien derrière lui. Inquiet pour son ami, comme à son habitude, Noah s’était empressé de se rendre au commissariat, secouant un peu trop les policiers qui passaient devant lui. Il n’avait juste eu aucune nouvelle, jusqu’à ce qu’il entende ça : « Noah ? C’est Stobart… Je-Je suis à l’hôpital… » Lorsque son ami avait raccroché, Noah n’avait pas cherché à comprendre et avait agi spontanément. Il s’était jeté dans le premier taxi en direction de l’hôpital. Trois mois et une semaine (parce que oui, le une semaine est très important) que Noah n’avait pas vu ni parlé à son meilleur ami. Il a encore quelques secondes, Noah était dans la cour de l’hôpital. Et saisissant son courage à deux mains, Noah était rentré dans le hall. A chaque nouveau pas, il n’avait vu que souffrance autour de lui, des personnes endeuillées, d’autres assises à attendre des nouvelles de leurs proches et quelques fois des visages qui exprimaient joie et soulagement. Décidemment, il n’aimait pas les hôpitaux. « Chambre 501 » Reportant son attention sur l’infirmière, Noah lui sourit avant de la remercier poliment pour son information. Chacun de ses pas était accompagné par une question. Pourquoi était-il à l’hôpital ? Est-ce que c’était grave ? Etait-il au courant pour son père ? Et plein d’autres questions qui restaient toujours en suspens, sans réponses dans un coin de son cerveau. Pourtant la principale restait certainement celle qui semblait la plus anodine : comment lui parler ?

Stobart avait une mine affreuse. Non, sérieusement… Après des minutes de recherche intenses, Noah avait enfin trouvé la chambre de son ami. Ce fichu hôpital était pire qu’un labyrinthe ! Le jeune homme stagnait depuis un bon moment maintenant devant la chambre de son ami. Stobart était là, allongé sur son lit, la tête droite et le regard fixé au plafond. Seul. Ni une, ni deux, Noah poussa la porte et entra dans la chambre de  son ami. « Surprise !  » D’accord, sa technique d’approche était très certainement à revoir mais il n’avait rien trouvé de mieux. Et puis dans sa tête, ça sonnait bien… Levant la main gauche, Noah montra une petite peluche avec marqué « Félicitations » en gros dessus. En fait, cette peluche était plus destinée aux femmes qui venaient tout juste d’accoucher mais Bart n’était pas obligé de le savoir, si ? « Je me suis dit qu’il ne fallait pas venir les mains vides. Et il n’y avait plus que ça ou des fleurs. Entre nous, t’amener des fleurs aurait été vraiment flippant. Alors… » Un sourire radieux sur son visage, Noah saisit le dossier de la chaise juste à côté de lui avant de l’amener à côté du lit de son ami. Le regard de Noah s’attarda un instant sur le plateau présent dans la chambre avant de reporter son attention sur son ami. Il était heureux de le revoir. En vie. Mais il était toujours inquiet. « Apparemment la nourriture est immonde ici… C’est vrai ? » Nul besoin d’être un géni pour comprendre que Noah ne voulait pas poser les questions qui fâchent. Il aborderait le sujet dans cet chambre mais avant il voulait avoir une conversation banale avec son ami, bien qu’il pressentait que les choses allaient être différentes.

_________________

grey clouds roll over the hills, bringing darkness from above


Dernière édition par Noah Miles le Mar 25 Mar - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stobart Foer
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Stobart Foer

◆ messages : 26
◆ inscription : 03/03/2014

(noah) ~ less than three months ago Empty
MessageSujet: Re: (noah) ~ less than three months ago   (noah) ~ less than three months ago EmptyDim 9 Mar - 23:09


{ I hear the angels talking talking talking
Now I'm a dead man walking walking walking
I hear the angels talking talking talking
Now I'm a dead man  }

QUOTE DEADMAN WALKING @THE SCRIPT

Je fixais le plafond encore une demi-heure plus tard et pour être honnête, je n'avais pas vu le temps passer. J'étais resté seul un bon quinze minutes avant qu'un infirmière entre toute souriante avec un plateau en main. Je ne l'avais pas vraiment regarder. J'avais tournai la tête vers elle, le regard vide. Son sourire avait disparut et c'était approché de moi. "Vous allez bien ? Depuis votre réveil il n'y a eut que votre frère qui est venu vous voir.. Vous n'êtes pas trop seul." J'ai soupirai et souris. Je lui avais dis que tout allait bien, que ça ne me dérangeait pas d'être seul et que mon entourage avait surement mieux à faire que venir me voir. Elle eut une moue décomposé avant de déposer le cabaret sur le petit meuble près du lit qu'elle approcha doucement de moi. Je la remerciai d'un sourire avant qu'elle traine le pas jusqu'à la porte qu'elle referma derrière elle. Je regardai le plateau quelques secondes, des patates en bouillie et je ne sais quoi. Je n'avais jamais aimé la bouffe d'hôpital. Je retournai donc à mon plafond. Une dizaine de minutes plus tard la porte s'ouvrit et une voix retentit. Je levai la tête et la tournai vers la porte. J'étais étonné de l'intonnation et ma bouche émit des sons sans que mon cerveau n'ait approuvé. "Surprise?" J'eus un sourire, suivit d'un rire. Je portai ma main à mes côte en grimaçant. Je me redressai en position assise le voyant approcher. Il était bizarre, je le voyais bien, mais vaux mirux taire cette remarque je fixai un moment la peluche qu'il tenait dans sa main en grimaçant de rire. Il avait le tour de détendre l'atmosphère. Je la pris en la regardant. Je la déposai sur le lit en levant à nouveau les yeux vers lui. Je n'étais pas vraiment là, mais j'essayais. J'essayais de ne pas trop penser à mon père. Mais en regardant la peluche, je n'avais qu'une question, en quoi est-ce que félicitation pouvait bien me correspondre? J'ai pas vraiment envie de savoir, honnêtement.

Encore une fois la question trouva le chemin jusqu'à mes cordes vocales dévoilant cette moquerie mal placé. "Félicitation pour quoi? Pour être en vie?" Et pas lui. Je baissai la tête en soupirant. Je repensais à mon père... Je passai ma main dans mes cheveux et le regardai à nouveau avec un fin sourire. "Je suis désolé, excuses-moi... Je suis assez détestable depuis que je suis réveillé." Il évitait la discussion, La grande discussion, je pouvais comprendre d'un côté. Il ne devait pas s'attendre à ce que je sois à l'hôpital et c'est toujours désagréable de devoir aller voir quelqu'un à qui l'on tient à l'hôpital. Je comprends ça. Je le regardai avec un simple sourire. Je détournai le regard vers le plateau et grimaçai. Encore de le bouffe écœurante. Je n'avais pas envie de manger ça. Je le regardai à nouveau. " C'est dégouttant, je crois qu'il y a plus de chance que je crève de cette bouffe ou de faim! Tu aurais pus m'amener un burger, je crois ça aurait été meilleur! " Je me mis à rire en crispant un peu. À chaque rire, je sentait une douleur. Je le regardai un moment et serrai les dents. Je devais aborder le sujet, lui il ne le ferait pas. « J'ai été pris dans la tempête. » Je levai les yeux vers lui en passant ma main dans mes cheveux. « Mon père est mort... » Direct mon affaire, je ne sais pas comment je fais pour ça. Je n'ai jamais été doué pour ça.

_________________

         
Le bonheur se cache souvent, ne nous effleure que quand il veut. Peut-être parce qu'il est méfiant, peureux, craintif ou défaillant. Bien sûr rien n'est moins sûr que la vérité. Elle assassine sans tuer, et laisse à vif, écorché. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Noah Miles
EVERYTHING IS OKAY, NOTED.
Noah Miles

◆ messages : 151
◆ inscription : 02/03/2014

IN MY SICKHEAD
TOPICS : 01/03 libre (Lou, tc, Stobart)
EMERGENCY PEOPLE :
QUARTIER : Waverly Avenue

(noah) ~ less than three months ago Empty
MessageSujet: Re: (noah) ~ less than three months ago   (noah) ~ less than three months ago EmptyMar 25 Mar - 13:33

less than three months ago


Noah n’a jamais été vraiment doué pour ce genre de choses.  Vous savez aborder les sujets qui fâchent… Au dernières nouvelles, il n’existait aucun manuel qui indiquer comment dire à son meilleur ami que son père est mort durant la tempête qui a ravagé la ville entière… Pourtant il aurait donné n’importe quoi pour l’avoir en sa possession… Pour être tout à fait franc, il ne savait pas comment se comporter. Devait-il faire semblant, bien que cela ne serve en réalité pas à grand-chose ? Il sembla vaguement à Noah que tout se passa mal dès qu’il poussa la porte 501. Premièrement, sa technique d’approche était très certainement à revoir et deuxièmement, il se demandait par quelle présence d’esprit il avait eu l’idée de se dire : tiens si j’apportais une peluche avec marquer félicitations à une personne qui vient tout juste de perdre son père et de sortir du coma. Quel crétin. Oh bien sûr, il voulait détendre l’atmosphère… peut-être même essayé de faire sourire Bart. Pendant un très court instant, Noah pensait avoir réussi. Enfin ça c’était avant, que ce-dernier ne remarque le mot écrire sur ce qui pourrait être le ventre de la peluche. Noah ne préféra pas répondre, se contentant d’une grimace. Malgré tous ses efforts pour le cacher, Bart ami avait certainement remarqué que Noah était comme crispé, peu sûr de lui voire totalement perdu. Au fond de lui, il savait que le sujet allait être abordé mais aussi idiot que cela puisse-t-il être il voulait juste ne pas y penser. Alors que fait-on dans ce genre de circonstance ? On parle du bon temps ou de la bouffe… Noah avait opté pour la seconde option.  Il est connu de tous, que la nourriture est sacrée pour lui. Le jeune homme n’aurait pas cru pouvoir rire dans un hôpital, pourtant, il venait de le faire. « Dis-toi que j’y ai pensé mais les règles sont tellement strictes ici qu’on ne m’aurait certainement jamais autorisé à rentrer. Mais, promis, dès que tu sors on se fait une soirée hamburger, histoire d’oublier toute la nourriture… immonde que tu manches ici. » A peine eu-t-il fini sa phrase, qu’il sentit à nouveau son sang se glacer. Etait-il lâche pour ne pas avoir abordé le sujet avant Stobart ? Il l’avait pensé au moment où Bart parla, et il le pensait toujours. La convenance dans ce genre de situation serait certainement de dire toutes mes condoléances ou un truc dans le même genre. Noah a toujours trouvé cela incroyable stupide voire énervant. Alors, il ne le dira pas. Peut-être parce que, justement, il a vécu la même chose. Il se souvient encore de l’enterrement de sa mère, de toutes ses personnes plus ou moins proches que lui, qui donnaient « toutes leurs condoléances ». Ils pouvaient se la mettre là où il pensait leurs fichus condoléances. Mais que dire d’autre ? C’était pour lui ce genre de chose, il avait dû parler seulement une ou deux fois au père de Bart. Un chic type. Peut-être que l’expression, « les meilleurs partent toujours les premiers » était fondé. « Je… Je sais, oui. » Il voulait se frapper pour sa propre bêtise… Je sais, oui ?! Pourtant, il n’avait rien trouvé à dire. Il ne savait pas comment réagir à présent que le sujet était sur la table. Il ne s’était jamais décrit comme une personne de lâche, il avait toujours cherché à être le contraire mais à ce moment précis la lâcheté avait une incroyable emprise sur lui. Noah devait être présent pour Stobart, lui dire que tout s’arrangera, qu’il finira par réussir à vivre avec. Mais comment pouvait-il lui affirmer ça alors qu’il n’arrivait pas à se convaincre lui-même. Au fond, Noah avait peur. Peur de voir Bart changer. Peur de le voir devenir une autre personne.

Spoiler:
 

_________________

grey clouds roll over the hills, bringing darkness from above
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




(noah) ~ less than three months ago Empty
MessageSujet: Re: (noah) ~ less than three months ago   (noah) ~ less than three months ago Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(noah) ~ less than three months ago

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RUN THIS TOWN :: LET'S CALL THEM SURVIVORS :: ST. JOSEPH HOSPITAL-